Véhicules utilitaires lourds

Sommaire

Les véhicules utilitaires sont constitués de deux groupes : les véhicules utilitaires légers (VUL) et par opposition les véhicules utilitaires poids lourds. Détails sur les subtilités de cette dernière catégorie.

Définition de l’utilitaire poids lourd

L’utilitaire poids lourds constitue le segment délimité par un tonnage supérieur à 3,5 tonnes (là où s’arrête la notion de VUL) et allant jusqu’à 7,5 tonnes. Au-delà, il est généralement admis qu’il s’agit de VI (véhicules industriels).

Ces différentes catégories sont utilisées à des fins professionnelles pour assurer des tâches diverses comme le transport de marchandises, de matériel professionnel, de matériaux, ou assurer diverses fonctions telles que le dépannage, la mise en œuvre de nacelle, l’assistance matérielle ou à personnes, etc.

Lire l'article

Particularités du véhicule utilitaire lourd

Il se présente sous des formes diverses, du fourgon à l’ensemble articulé, du pick-up au camion plateau, en passant par le camion atelier, le camion benne ou encore le camion frigorifique. Si ces configurations se retrouvent dans les deux autres catégories VUL et VI, il en diffère par les points suivants.

Le permis de conduire

Il est nécessaire de posséder le permis C1 pour conduire ce type de véhicule d’un PTAC (poids total autorisé en charge) supérieur à 3,5 T et inférieur ou égal à 7,5 T. Ce permis s’obtient à partir de 18 ans, tout comme le permis B, et permet la conduite des VUL. Au-dessus de 7,5 T, il sera nécessaire d’être titulaire du permis C.

À noter : la validité du permis C1 est limitée et conditionnée à une visite médicale périodique : tous les 5 ans pour les personnes de moins de 60 ans, tous les 2 ans de 60 à 76 ans et tous les ans à partir de 76 ans.

Contrôle technique périodique

Un contrôle technique poids lourds annuel est imposé aux utilitaires poids lourds. Il est effectué par des centres de contrôle spécifiques sous l’égide de la DREAL* du département.

*DREAL : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

Chronotachygraphe

Sauf exemption, le véhicule utilitaire poids lourds est soumis à la réglementation du temps de conduite (règlement social européen n° 561/2006 du 15 mars 2006).

Celui-ci comporte donc un dispositif de contrôle intégré sous la forme d’une carte liée à l’électronique du véhicule ou d’un chronotachygraphe pour les modèles plus anciens, permettant le contrôle des différentes données de conduite du véhicule (temps de conduite, repos, vitesses…).

Achat et entretien d’un véhicule utilitaire poids lourds

Posséder un utilitaire poids lourds présente un coût financier certain. Il est donc important avant acquisition d’en évaluer l’intérêt économique et la rentabilité, en prenant en compte les coûts suivants.

L’acquisition du véhicule

Pour cela, il existe plusieurs possibilités. L’achat sera intéressant dans l’éventualité d’une entreprise possédant des fonds propres importants, ne pénalisant pas la trésorerie ou par l’obtention d’un crédit.

La location, en LOA (location avec option d’achat) ou LLD (location longue durée), permet de renouveler régulièrement le véhicule, moyennant des loyers mensuels, qui peuvent intégrer l’entretien du véhicule. Cette option sera à envisager généralement pour des utilitaires effectuant des kilométrages annuels importants.

L’entretien de l’utilitaire poids lourds

Par rapport à l’utilitaire léger, l’utilitaire poids lourds dispose d’une structure beaucoup plus résistante et rustique (châssis en échelle*, roues, moyeux, direction surdimensionnés…), impactant fortement le coût d’entretien.

La visite technique annuelle (souvent associée à des frais de remise en conformité), la consommation de carburant, les frais autoroutiers majorés, le coût de l’assurance sont aussi une source accrue de frais d’entretien.

*Châssis en échelle : ou châssis en H, constitué de deux poutres parallèles de fortes sections (longerons) reliées par des barres transversales.

VUL ou utilitaire poids lourd : comparatif de coût

Voici un aperçu du surcoût de l’utilitaire poids lourd avec le VUL. Pour information, nous prenons l'exemple de comparaison entre un VUL en limite de 3,5 tonnes et un utilitaire poids lourd de 4 tonnes.

Postes de dépenses

Surcoût moyen par rapport à un VUL

Achat

+ 28 %

Entretien

+ 30 %

Contrôle technique

+ 40%

Pneumatiques

+ 25 %

Frais d'autoroute

+ 38 %

Assurance

+ 30 %

On note donc un surcoût moyen de 31,80 % par rapport au coût d'un véhicule utilitaire léger.

Avantages et inconvénients de l'achat un utilitaire poids lourd

L’achat d’un utilitaire poids lourd implique une étude précise de sa rentabilité et la connaissance de ses atouts et points faibles.

Ses avantages

La charge utile est la différence entre son poids à vide et son poids total en charge. L'utilitaire poids lourd permet une charge utile bien plus importante qu'un VUL, dont le PTAC est limité à 3,5 tonnes.

La longévité est beaucoup plus importante que celle d'un VUL, grâce à sa conception beaucoup plus robuste et surdimensionnée lui permettant de multiplier son kilométrage total approximativement par 3.

Les aspects négatifs

Le coût de revient kilométrique : à cause de son coût d’achat, de la consommation supérieure, du coût des pièces de rechange, des pneumatiques, de la maintenance poids lourds, de l’assurance et de la tarification autoroutière, il doit être exploité au maximum pour être rentabilisé.

La législation est plus contraignante pour le conducteur : permis C1 et visites médicales périodiques, heures de conduite, etc. Concernant le véhicule, la législation impose des contrôles techniques annuels, enregistrement des mouvements du véhicule (carte électronique), limitation de la vitesse…

L’encombrement : ses dimensions plus imposantes (largeur, hauteur ou longueur) peuvent lui interdire l’accès à des espaces restreints de circulation et livraisons (centre-ville, routes difficiles, tunnels…).

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider